Astigmatisme, myopie ou hypermétropie : sont-ils responsables de mes maux de tête ?

« Je n’ai pas besoin de lunettes, je vois très bien. » Cette phrase, très souvent entendue, ne correspond pas toujours à la réalité. L’hypermétropie et l’astigmatisme sont des défauts optiques qui n’entraînent pas forcément de baisse de vision, mais plus facilement des maux de tête ou des douleurs oculaires. De même, un myope avec une correction trop forte peut éprouver ces mêmes symptômes.

Pourquoi l’hypermétropie et l’astigmatisme peuvent-il donner des maux de tête ?

Pour comprendre, il faut se souvenir du schéma anatomique de l’œil.

Lorsque l’on est hypermétrope, l’œil est trop court par rapport à sa puissance donc les rayons lumineux convergent en arrière de la rétine. On est alors obligés de « forcer » (consciemment ou inconsciemment) pour ramener l’image au niveau de la rétine et voir net. Ces efforts d’accommodation passent souvent inaperçus chez les patients très jeunes ou avec une faible hypermétropie, mais commencent à se faire ressentir sous forme de maux de tête ou de douleurs oculaires lorsque l’âge avance ou que la vision est très sollicitée (travail sur écrans notamment).

C’est souvent à l’approche de la quarantaine que les efforts d’accommodation faiblissent et que la vision des hypermétropes devient floue, d’abord de près puis en vision de loin.

Lorsque l’on est astigmate, on peut imaginer que l’œil n’est plus rond comme un ballon de football, mais ovale comme un ballon de rugby. Ce défaut optique, très répandu mais souvent méconnu, entraîne une confusion entre les lignes horizontales et verticales, par exemple on a du mal à distinguer un O d’un D, un F d’un P ou un E d’un B, etc.

Ce léger flou visuel n’est pas toujours remarqué par les patients, mais est très souvent responsable d’un inconfort visuel, les yeux qui « tirent », des douleurs oculaires voire des maux de tête. Il est également très fréquent de ressentir des éblouissements la nuit (en particulier lors de la conduite).

Le mal de tête lié aux problèmes de vue est souvent confondu avec la « migraine ophtalmique », qui correspond en fait à de vraies migraines, qui s’accompagnent de troubles visuels (flashs lumineux, formes géométriques lumineuses ou sombres…).

Oeil hypermétrope : les rayons lumineux sont localisés en arrière de la rétine. La vision est floue en l'absence d'accommodation.

 Faut-il alors porter des lunettes ?

Oui, dès lors que le défaut optique est responsable de symptômes gênants (maux de tête, fatigue oculaire, douleurs « en barre » au niveau des sourcils, picotements oculaires…), il faut envisager de porter des lunettes adaptées.

Dans de nombreux cas, la correction est faible et les symptômes ne sont présents que lors des efforts visuels prolongés (travail sur écran d’ordinateur, lecture, conduite…). Les lunettes peuvent n’être portées que lors de ces efforts visuels, le plus souvent au travail. Il ne s’agit pas forcément de voir « mieux » mais plutôt de voir aussi bien en fatiguant moins.

On parle alors souvent de lunettes « de repos ».

Je suis myope, pourquoi ai-je des maux de tête ?

La myopie est un défaut optique très connu qui passe rarement inaperçu car la vision de loin floue est facile à dépister.

Néanmoins, de nombreux jeunes myopes portent des lunettes trop fortes, on parle de sur-correction de la myopie.

Cette sur-correction n’entraîne pas de baisse de vision de loin mais oblige le myope à « forcer » (accommoder) de loin et surtout de près. C’est alors que des maux de tête et des douleurs oculaires peuvent apparaître.

Pour y remédier, il faut refaire un examen de la vue, en prenant garde à ne pas sur-corriger les lunettes ou les lentilles, et prescrire une nouvelle correction optique plus adaptée.

J’ai mal à la tête avec mes nouvelles lunettes ! Est-ce normal ?

Dans certains cas, les maux de tête apparaissent justement quand on commence à porter les nouvelles lunettes.

Cela arrive surtout lorsque la correction des lunettes a augmenté de manière significative ou asymétrique. Dans ces cas, il existe fréquemment un temps d’adaptation des yeux et surtout du cerveau aux nouvelles lunettes ou lentilles.

La durée d’adaptation est très variable selon chaque personne et le type de lunettes prescrites : le plus souvent de quelques heures à quelques jours, elle peut se prolonger plusieurs semaines. Il est important de porter ses lunettes assez longtemps dans la journée pour que les yeux puissent s’habituer.

Rarement, les maux de tête peuvent être liés à la fabrication des lunettes. De nombreux paramètres peuvent influencer le confort visuel, en particulier avec les verres progressifs. Il est important de bien indiquer à votre opticien votre distance de travail, la hauteur de votre ordinateur… pour qu’il puisse adapter vos verres à votre environnement.

2017-08-17T14:11:09+00:00